Fête des philosophes : entre absurdité et pratique philosophiquement infondée

Depuis la nuit des temps, la philosophie a toujours été une discipline controversée, où des idées, des théories et des positions s’affrontent. Des philosophies se sont toujours opposées, des courants antagonistes tels que le matérialisme et l’idéalisme, et la dernière chose à laquelle on pourrait assister dans une démarche philosophique serait sans nul doute l’harmonie.

Socrate, considéré comme le père de la philosophie antique, est mort en défendant sa pensée. Plus loin, Damasio a affirmé que Descartes, le père de la philosophie moderne, s’était trompé sur sa théorie sur le corps et l’âme, soutenant que Spinoza avait raison à ce sujet. Qui n’a pas admiré le duel sanglant entre les deux tenants du siècle des Lumières en France, Voltaire et Rousseau ?

La philosophie demeure la discipline la plus subjective qui soit ; Aristote, élève de Platon pendant plus de 20 ans, a pris le contre-pied de la philosophie platonicienne, déclarant même, “Platon m’est cher, certes, mais la vérité me l’est encore davantage”. Alors, qui pourrait prétendre avoir le monopole de la vérité, et Kant considère-t-il à raison qu’on ne peut aucunement apprendre la philosophie, mais plutôt apprendre à philosopher ?

La fête dite des philosophes est-elle vraiment celle de la philosophie ? Quel serait le sens et l’essence de cette activité festive qui n’a rien de philosophique pour certains observateurs ?

De Beauvoir et Sartre, le couple le plus connu des philosophes français, faisaient souvent la fête. Ce n’était pas en contradiction avec leur pensée existentialiste, qui peut se résumer vaguement par l’absence de sens de l’existence individuelle. Pour eux, faire la fête était étroitement lié à leur philosophie, avec leur idée de vivre pleinement tout ce que la vie a à offrir. Certains pourraient même qualifier cela de “fête existentialiste”.

La fameuse fête des philosophes

Revenons à la fameuse fête des philosophes, avec Saint Thomas d’Aquin comme patron. N’avons-nous pas toujours appris que la philosophie n’est pas dogmatique et que tout ce qui s’apparente à la religion s’éloigne progressivement d’une démarche philosophique ? Saint Thomas d’Aquin, s’il est vraiment saint pour les philosophes, devrait-il alors être adoré et vénéré ?

Par ailleurs, nombre de penseurs avancent que « l’étonnement » se trouve au cœur de la philosophie. Certes, la philosophie est issue de cette tendance naturelle chez les humains à s’étonner d’eux-mêmes et du monde dans lequel ils vivent.

Donc, cette discipline qui se veut « sagesse » nous apprend à réfléchir sur la réflexion, à remettre en question des vérités bien établies, à vérifier des hypothèses et à trouver des conclusions. Comme l’a si bien fait Descartes dans ses fameuses méditations métaphysiques qui lui ont permis d’être considéré comme le père de la philosophie dite moderne.

Alors, comment un religieux fanatique est-il devenu le saint patron d’une telle discipline, aussi exigeante et controversée, sachant que la philosophie et la religion se sont toujours opposées ? D’ailleurs, Thomas d’Aquin est vivement critiqué pour sa vaine tentative absurde de concilier la religion et la philosophie, à laquelle Spinoza s’est catégoriquement opposé en fervent défenseur de la raison dans son traité sur la théologie et la philosophie.

Même un étudiant en philosophie ou un licencié en philosophie ne peut prétendre être philosophe, les professeurs en philosophie le sont encore moins. La philosophie n’est-elle pas une activité de l’esprit, avec la maïeutique de Socrate, la pensée radicalement matérialiste de La Mettrie, la folie de Nietzsche, ou la théorie naturaliste de Rousseau ?

Alors, comment s’est-on mis d’accord, paradoxalement dans le monde philosophique, sur le choix de la date de l’anniversaire de la naissance de celui qui a été proclamé saint patron des écoles et des universités catholiques pour en faire la date de la célébration de la « fête des philosophes » le 28 janvier ? Comment ce qui appartient à une religion s’est installé sous forme d’universel ?

Honnêtement, c’est de l’hypocrisie et de la malhonnêteté. Quelques rares bacheliers pourront produire une réflexion plus ou moins constructive et cohérente, bien qu’imprégnée de certaines idées boiteuses, avec notamment une fébrilité déconcertante en se référant justement à un sens critique et à un esprit ordonné.

Aristote est devenu philosophe non pas en intégrant l’académie de Platon, mais grâce à ses réflexions, ses théories, ses écrits bouleversants, et ses pensées influençables. Le grand Karl Marx, élève du philosophe Friedrich Hegel, est devenu philosophe en chamboulant tout un système, jetant les bases d’une société novatrice découlant amplement de sa philosophie communiste.

En somme, les bacheliers peuvent avoir des journées de réflexion, des conférences autour de thèmes qui jalonnent leur quotidien, des débats où ils peuvent faire passer leur point de vue, faire des propositions. Néanmoins, ils ne sont en aucune façon des philosophes ; ils n’ont rien de philosophique, sinon le nom de leur classe, et le choix de la date du 28 janvier pour célébrer la raison (philosophie) reste, à nos jours, la plus grande bêtise de l’humanité au détriment de cette noble discipline qu’est la philosophie.

A LA UNE

Sous la tonnelle de l’union : Infinity FA allume sa quatrième bougie

Sous la tonnelle de l’union : Infinity FA allume sa quatrième bougie

Salia ÉdouardFeb 16, 20243 min read

L’organisation Infinity FA tourne cette année la page de son quatrième anniversaire. Autour du thème ”Fòs nou se nan linyon”, plusieurs activités socio-culturelles sont prévues pour célébrer cette fête le 23 mars 2024, annonçant déjà la couleur. Depuis quelque temps,…

ESKE BWÈ KLEREN BAY MESYE YO ANDIRANS VRE NAN RELASYON SEKSYÈL? E|15

ESKE BWÈ KLEREN BAY MESYE YO ANDIRANS VRE NAN RELASYON SEKSYÈL? E|15

Equipe RedactionFeb 14, 20241 min read

Nan chache plezi oubyen pou yo bliye problèm yo, anpil moun bwè alkòl san yo pa janm konn ki efè negatif twòp alkòl genyen sou sante yo. Nan nimewo Koneksyon Sante jodia n ap prezante w kèk enpak lè yon…

Le paradoxe de la Saint-Valentin : entre romantisme et exigences matérielles

Le paradoxe de la Saint-Valentin : entre romantisme et exigences matérielles

Equipe RedactionFeb 14, 20248 min read

On avait peut-être nos premières dents de lait lorsque le mot Saint-Valentin nous parvenait aux oreilles pour la première fois. En grandissant, on en a appris beaucoup plus, mais cerner l’idéal de ce jour qui se doit d’être marquant tous…

L’amour à distance : loin des yeux, loin du cœur ?

L’amour à distance : loin des yeux, loin du cœur ?

Joame BaptisneFeb 12, 20247 min read

L’absence est à l’amour ce que le vent est au feu ; il éteint le petit et allume le grand. En effet, ce sont les événements de la vie, tels que l’exode massif vers les États-Unis, un travail à l’étranger,…

Haïti sous l’emprise des gangs : terre propice au développement du phénomène des enfants Soldats

Haïti sous l’emprise des gangs : terre propice au développement du phénomène des enfants Soldats

Jassaï MerzyFeb 12, 20245 min read

Dans l’ombre des conflits, des milliers d’enfants subissent une violation flagrante de leurs droits fondamentaux en étant enrôlés de force dans des groupes armés à travers le monde. Leur innocence est sacrifiée sur l’autel de la guerre, leur enfance brisée…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *